samedi, octobre 14, 2006

Questions

Qu’est ce qui nous fait peur ?
Qu’est ce qui nous empêche :
De nous exprimer
De parler
De réagir
D’agir
De revendiquer
De critiquer
De blâmer
De répondre à la question qui est en première ligne ?

vendredi, octobre 13, 2006

Le voile, il ne faut pas se voiler la face !

Toute cette campagne médiatique anti-voile, tous ces débats idéologiques qui se sont ouverts, tous ces blogs qui approuvent ou désapprouvent la position du gouvernement…

J’ai regardé les infos, lu les journaux, les posts des différents blogeurs ici et là, les commentaires sur ces posts et il y a quelques chose qui n’a pas était dite explicitement.

C’est les motivations derrière tout cela.

Si le voile est une agression visuelle pour certains, la nudité peut l’être d’autres.

Pour quoi alors attaquer le port de voile et pas les autres tenues vestimentaires ?

Tout simplement parce que les barbus et les voilées peuvent constituer une menace pour la stabilité politique du pays, vu que leur nombre a augmenté, vu qu’une grande partie d’entre eux appartiennent une catégorie socioculturelle assez élevée et qu’ils sont entrain d’échapper au contrôle de l’état. Au pouvoir de l’Etat.

Tenue sectaire, traditions, paysage culturel tunisien… ne sont que des prétextes et des motifs d’interdiction.

Pour que la position du gouvernement soit acceptée, il faudrait qu’ils combattent les deux extrêmes. Sinon si on accepte les uns on doit accepter les autres.

Si la Tunisie était un pays laïque, ce problème ne se poserait pas, parce que dans un état laïque il n’y a pas de place pour la religion dans la vie politique et donc les tenues sectaires ne dérangeront plus.

Le problème donc c’est le Pouvoir.

Peut être qu’inconsciemment la politique gouvernementale se dirige vers la laïcité de l’Etat Tunisien.

Et si cela permet aux uns et aux autres de pratiquer librement leurs cultes religieux ?

P.S : ça serait bien si quelqu’un pourrait me donner la définition de la « tenue sectaire » visée. Je ne saisis pas trop ce terme.

jeudi, octobre 12, 2006

La tunisienne et ses droits : quels rapports ?

Ça a commencé avec Bourguiba qui a émancipé la femme et qui lui a octroyé beaucoup de droit, une émancipation qui s’est concrétisée avec la promulgation du code de statut personnel.

Qui oubliera Bourguiba ôtant le « sefseri » de la tête d’une citoyenne tunisienne, une image qui a fait le tour du monde !

L’abolition de la polygamie…

Toute une politique d’émancipation de la femme tunisienne qui a commencé avec Bourguiba et qui s’est poursuivie avec Ben Ali.

La femme Tunisienne a réalisé une certaine indépendance, s’est émancipée et on peut même aller jusqu’à penser qu’il y a une égalité entre l’homme et la femme en Tunisie.

Les tunisiennes jouissent de droits que même les femmes de certains pays européens n’ont pas.

Cette politique nationale a contribué à l’intégration de la femme dans le paysage politique, économique et culturel du pays.

La question que je me pose c’est si la femme apprécie ces droits à leur juste valeur ? Personnellement je ne pense pas que ce soit le cas.

Je suis moi-même une femme et ce qui va suivre n’est pas une attaque contre les femmes, ce n’est pas non plus un antiféminisme prononcé, c’est juste un regard critique sur ce que je vois, des observations, du vécu… Et je précise aussi que je parle d’une façon générale mais que ça ne veut pas dire que c’est une généralité.

Ce que j’ai constaté chez certaines femmes, c’est la confusion entre indépendance et arrogance, une confusion sur les limites de la liberté, sur ses valeurs.

Cela se manifeste par leur façon de parler, de se défendre, d’argumenter qui mène des fois la femme à perdre toute sa féminité, toute sa sensualité.

Il y a une certaine arrogance dans les rapports qu’elles ont avec les autres qui va dans certains cas jusqu’au manque de respect.

Je parle ici des rapports que les femmes ont avec leur père où au nom des droits de la femme et de la liberté certaines manquent de respect envers leurs pères.

Même chose avec les maris où au nom de cette liberté un perpétuel bras de fer s’installe dans le couple jusqu’à ce que ça devienne invivable.

Non je ne prône pas la soumission de la femme à l’homme, mais il y a certaines valeurs qu’on n’a pas le droit d’abandonner ou qu’on ne peut pas abandonné au nom du droit, la femme ne doit pas oublié qu’elle a un statut spécial dans la société et même si elle est égale à l’homme en droit elle ne doit pas oublié son rôle en tant que femme, en tant que mère et en tant que fille.

Nous avons toutes des droits mais nous avons aussi des obligations, une culture, des valeurs et tout un héritage à transmettre. Ne le bousillons pas.

mercredi, octobre 11, 2006

Le tourisme en Tunisie

Etant dans la peau du consommateur je me pose des questions par rapport au tourisme en Tunisie .

Pourquoi n’y a-t-il pas une expansion du secteur touristique en Tunisie ?

Géographiquement on est bien située, notre climat est clément, notre histoire est riche, nos paysages sont variés, nos infrastructures sont à la hauteur, on a des zones touristiques bien aménagées, les ressources humaines, la sécurité, la tolérance, des écoles spécialisées dans l’hôtellerie.

Alors où est le problème ? Pourquoi ça ne marche pas ? Pourquoi on n’avance pas ?

La réponse c’est la mauvaise gestion et la qualité de nos services.

Il faut des gens qui se spécialisent dans la gestion des unités hôtelière.

Tous les employés peu importe leur rang doivent avoir un niveau universitaire ou du moins suivre une formation hôtelière.

Le recrutement de saisonniers qui ne sont pas du domaine lors des hautes saisons n’est pas une très bonne idée. Parce que ça a des conséquences négatives sur la qualité du service.

Je pense que tout est là : la qualité du service, je ne vais pas comparé ça avec la qualité du service en Europe, mais plutôt avec un pays maghrébin : le Maroc. Je ne vais pas vous parler du tourisme et de son expansion au Maroc parc que je pense que on en a déjà une idée. Mais je vais vous parler de la qualité de leur service que ce soit dans les restaurants, dans les hôtels, dans les commerces… Ils sont impressionnants, ils font preuve de professionnalisme. Ils ont l’art de l’accueil, toujours le sourire aux lèvres, la rapidité avec laquelle ils répondent aux besoins, la qualité de leur service. C’est donc pas par hasard que le tourisme marche très bien chez eux !

En Tunisie, j’ai l’impression qu’ils considèrent le service comme une faveur.

Je ne sais pas si c’est une question de mentalité, d’éducation, de culture, mais on est très faible.

Ce n’est pas avec un tel service qu’on va pouvoir attitrer les touristes.

Il y a autre chose, toujours par comparaison avec le Maroc, c’est notre patrimoine et nos traditions, on ne les mets pas en valeur et pourtant c’est pas l’aspect moderne qui attire les touristes parce qu’ils ont ça chez eux et qu’ils sont en quête de dépaysement.

On n’est pas entrain de mettre en valeur nos acquis historiques, on n’est pas entrain de mettre en valeur notre patrimoine. On vise le tourisme de masse, des touristes qui viennent passer une semaine chez nous à 300 euros (y compris le billet d’avion), ces touristes là ils sont peut être nombreux mais ils ne font pas travailler les commerces dans les souks.

Il faudrait peut être garder cette tranche de touriste, mais il faut quand même viser le tourisme de luxe, on a l’infrastructure pour, mais il faut améliorer notre qualité de service.

dimanche, octobre 08, 2006

Les médias tunisiens nous enfoncent dans notre médiocrité !!

Nous tunisiens nous avons beaucoup de travail à faire sur nous même pour évoluer.

Ce travail doit se faire sur un plan culturel, social…

On a du travail à faire sur notre façon de parler, sur notre façon de penser, sur notre façon d’être tout simplement !

Les médias auraient pu nous guider, nous orienter, nous corriger…

Mais au lieu de ça, ils nous enfoncent dans notre bêtise et notre médiocrité.

Je commence par la radio et la station Mosaïque.

En Tunisie on a du mal à formuler une phrase dans une seule langue, on commence la phrase en arabe et on la termine en français et des fois il y a quelques mots d’anglais qui s’introduisent.

Ça n’a aucun sens, j’ai l’impression qu’on ne maîtrise rien, ni notre langue ni celle de Molière, à la longue on va inventer une langue bâtarde !

Et cette radio qu’est ce qu’elle fait ? Elle reprend ce qui existe, pour être branchée ou pour cibler les jeunes !

Les animateurs reprennent des slogans inventés par les publicités de mauvais goût, les « mouch normal » et compagnie. C’est une honte et ça ne fait qu’induire les générations futures en erreur en leur faisant croire que c’est notre langage ett que ça fait partie de notre dialecte! On en perdra notre identité !

La télévision avec ses émissions médiocre ont aussi une mauvaise influence sur la jeunesse, comme c’est le cas de la sitcom « Choufli Hal » vous trouvez peut être que c’est drôle, mais est ce que vous vous rendez compte que la jeune ado peut avoir une très mauvaise influence sur les filles de son âge : comment sécher les cours, comment falsifier ses notes, comment mentir pour sortir… Et ce mot « ça van » qu’on entend déjà dans nos rues !

Les journaux je ne vais même pas en parler, il faudrait déjà qu’ils méritent le nom « journal » !

Les médias ont une grande influence sur les spectateurs et ils ne sont pas entrain de profiter de ce pouvoir hypnotisant pour faire évoluer la société.

Bien au contraire ils sont entrain de l’enfoncer dans sa médiocrité.

Consommer Tunisien oui… Mais où est la qualité ?

On nous bombarde de slogans publicitaires pour encourager à consommer tunisien « mentouj bledi », on nous confirme que le « Made in Tunisia » n’a rien à envier au « Made ailleurs », on nous parle de contrôle stricte de la qualité, on nous parle de professionnalisme et de rigueur.

Mais la réalité est bien différente.

On remarque une hausse de prix de marchandise tunisienne sous prétexte qu’elle est de qualité supérieurs, mais dans la plupart des cas on n’est pas à l’abri des mauvaises surprises.

Les délais de livraison ne sont jamais respectés.

La qualité laisse à désirer.

L’accueil et le service sont nuls.

La fidélisation de la clientèle est encore inconnue à la majorité des commerçants

Ma dernière expérience c’est avec un grand magasin de meuble tunisien, un leader dans son domaine, je ne vais pas citer son nom cette fois parce qu’ils ont promis de se rattraper.

Alors la première livraison du salon a eu une semaine de retard

Quand ils ont livré, il s’est avéré que le tissu était à l’envers. Pour remettre le tissu à l’endroit ça a pris encore 3 semaines (avec harcèlement de ma part bien sur !).

La deuxième livraison : plein de défauts et j’ai fait une réclamation et j’attends !!

Morale de l’histoire : je ne consommerai plus tunisien !!

Avec quoi on veut concurrencer le marché extérieur ?

A propos de moi

  • I'm Thémis
  • From Tunis, Tunisia
  • Je suis une tunisienne qui passe beaucoup de son temps sur les routes de son pays. Qui observe, qui critique et qui veut améliorer sa Tunisie chérie. J’ai crée ce blog pour partager mes coups de cœurs et mes coups de gueule. Pour parler de ma Tunisie à ma façon, avec des mots et avec des photos, faire passer un message.
Mon profil complet

TN-blogs Top

Liens

La Tunisie sur le net

Une pensée à Ingrid