lundi, novembre 06, 2006

Le tunisien et l’immigration clandestine

Pourquoi de plus en plus de jeunes tunisiens immigrent clandestinement vers l’Europe au risque de perdre leur vie ?
Ils savent pertinemment qu’ils ont peu de chance d’y arriver et ils s’accrochent quand même, qu’est ce qui les pousse à partir ?

Est-ce la misère ? Le désespoir ? L’impuissance ?
Est-ce la déception ?

C’est tout à la fois, de plus ces jeunes se sentent abandonnés et délaissés par le gouvernement.
Ils sont sans emplois, mal encadrés et mal orientés.

Si tu parles avec eux et que tu leur demandes pourquoi ils partent au risque de perdre leur vie, ils te répondent qu’ils n’ont plus rien à perdre.

Ceux qui ont déjà un travail misérable te parleront de leur journée de travail à 8 dinars, de leur patron qui les maltraite, de l’absence d’une affiliation à la sécurité sociale, de conditions de travail indigne d’êtres humains..

Ceux qui ne travaillent pas te parleront du rêve européen, pour eux la vie est devenue une partie de poker, ils jouent au quitte ou double sauf qu’ils n’ont rien à doubler à part leur misère quotidienne.
Ils te parleront aussi du cousin ou du copain qui est partie vers la France ou vers l’Italie et qui a vu sa situation s’améliorer et évoluer en un temps record.
Ils te parleront de leurs familles, qu’ils n’arrivent plus à nourrir…

C’est triste.
Qui d’entre nous peut imaginer à quel point ces gens là souffrent ? Quel degré de misère vivent ils ?


Un suicide masqué, un désespoir désespérant…
Un rêve… Souvent inachevé…
Une chimère…
L’espoir engendré par le désespoir…

A propos de moi

  • I'm Thémis
  • From Tunis, Tunisia
  • Je suis une tunisienne qui passe beaucoup de son temps sur les routes de son pays. Qui observe, qui critique et qui veut améliorer sa Tunisie chérie. J’ai crée ce blog pour partager mes coups de cœurs et mes coups de gueule. Pour parler de ma Tunisie à ma façon, avec des mots et avec des photos, faire passer un message.
Mon profil complet

TN-blogs Top

Liens

La Tunisie sur le net

Une pensée à Ingrid